Foot33.fr - le magazine officiel du football amateur en Gironde
Bandeau resultats

L'entretien Vestiaires - Pierre JACKY (France futsal) : "Le football se futsalise !"

CTR de la ligue d'Alsace, Pierre Jacky est aussi sélectionneur de l'équipe de France de futsal. Nommé il y a sept ans par Aimé Jacquet, il comptabilise à ce jour plus de cent-vingt rencontres avec des Bleus qu'il a menés pour la première fois jusqu'au tour principal de qualification pour la Coupe du monde généralement réservé aux professionnels. L'occasion d'analyser avec cet ancien prof d'EPS les raisons de l'explosion du futsal et ses conséquences sur le football traditionnel. (par Julien Gourbeyre)



L'entretien Vestiaires - Pierre JACKY (France futsal) : "Le football se futsalise !"
Après avoir créé l'exploit en passant pour la première fois le tour préliminaire, l'équipe de France de futsal a disputé le tour principal de qualification pour la Coupe du monde (1). Qu'est-ce que cela représente pour vous ?
Passer aurait été une consécration ! Mais avoir été là était déjà une belle performance. Rendez-vous compte, parmi les cent cinquante nations de futsal en lice, plus d'un quart ont des championnats professionnels. C'est le cas de certains pays européens depuis trente ou quarante ans ! Nous, nous sommes tous amateurs... Notre championnat d'élite est constitué principalement de clubs de quartiers, dont seulement deux ou trois affichent un budget digne de ce nom.

Où en est le futsal en Europe ?
Il poursuit son développement. Je dirais qu'il est comparable à ce qu'était le basket dans les années 70.

A l'échelle mondiale, le Brésil demeure le champion incontesté ?
C'est la meilleure nation effectivement, avec l'Espagne. D'ailleurs, à eux deux, ils ont remporté les six coupes du monde (4 pour le Brésil, 2 pour l'Espagne, NDLR). De la même manière que chaque équipe de basket, en Europe, essaie d'avoir "son Américain". Les équipes de futsal, elles, veulent "leur Brésilien".

"Au Brésil, tous les footballeurs sont passés par le futsal, en Espagne, Iniesta n'a longtemps pratiqué que ça..."

Dans ces pays, le futsal est une institution...
Les licenciés sont plus nombreux qu'en football traditionnel ! Au Brésil, tous les footballeurs sont passés par le futsal. En Espagne, un joueur comme Iniesta, par exemple, n'a longtemps pratiqué que le futsal.

Le passage du futsal au football à onze n'est-il pas trop difficile ?
Non, car le futsal, c'est du foot. Mais sans les aléas. Il n'y a pas de vent, pas de boue, pas de pluie, pas de faux rebonds... Les conditions sont idéales pour apprendre à jouer au football. C'est pourquoi, jusqu'à treize ans, les deux disciplines sont très complémentaires. D'ailleurs, la trajectoire idéale aujourd'hui, pour un footballeur, est celle d'un garçon ayant pratiqué le futsal de six à treize ans, avant de rejoindre le foot à onze à quatorze ans.

Vous voulez dire qu'on peut se passer du football réduit traditionnel ?
Tous les ingrédients du foot réduit, axé sur le plaisir, l'apprentissage du jeu à deux, à trois..., on les retrouve dans le futsal. Une discipline totalement axée sur le jeu, où l'on touche beaucoup le ballon et où le joueur est toujours concerné, quel que soit l'endroit où se déroule l'action.

L'entretien Vestiaires - Pierre JACKY (France futsal) : "Le football se futsalise !"
En d'autres termes, vous voulez dire que le futsal peut aider à mieux jouer ensuite dans le football à onze ?
C'est ça. Auparavant, on considérait le foot en salle comme un défouloir, un loisir. Aujourd'hui, on sait quelle mine d'or cela représente pour le football traditionnel. Oui, le futsal peut aider à améliorer le foot à onze.

Et après quatorze ans ?
C'est sûr que plus on se rapproche du foot à onze, plus l'écart se creuse avec le futsal.

Pourquoi ?
Parce qu'il n'y a pas de jeu long, pas de tête, pas de renversement de jeu. Des choses que l'on voit très peu en revanche, voire pas du tout, dans le foot réduit.

Pratiqué au plus haut niveau, quelles sont les spécificités du futsal par rapport au football tel qu'on le connaît ?
Cela se joue encore plus sur des détails. Il y a beaucoup de combinaisons, de stratégies. Une vraie mécanique de précision. C'est du basket avec les pieds. Et puis les gestes techniques sont plus élaborés, plus riches. Le futsal réclame à la fois une grande rigueur et de la créativité. Enfin, je dirais que par rapport au foot à onze, le fait qu'on est moins sur le terrain et que celui-ci est plus petit, les cheminements du ballon sont plus stéréotypés.

"On ne peut pas imaginer le football de demain en balayant d'un revers de main les nouvelles pratiques qui accompagnent l'évolution même de notre société."

Le futsal souffre-t-il des mêmes écarts de conduite que le football, sur et en dehors du terrain ?
Non, et ce pour au moins deux raisons. Premièrement, les tacles n'existent pas, il y a six fois moins de blessures. C'est logique : comme le ballon ne rebondit pas, il y a moins de collisions, de maladresses. Or, plus la balle est insaisissable, plus les risques de chocs existent. Deuxièmement, l'arbitrage y est plus strict. Par exemple, dès la sixième faute au cours de la même mi-temps (chaque faute entraîne un coup-franc direct, NDLR), l'arbitre siffle un penalty à dix mètres.

Une règle dont devrait peut-être s'inspirer le foot à onze...
Mais le football se futsalise ! Regardez les temps morts, présents depuis toujours dans le futsal. La FFF projette de les généraliser dans le football afin d'éviter que les éducateurs téléguident les gamins en se montrant trop interventionnistes.

En définitive, le côté attractif du futsal ne risque-t-il pas, à terme, de détourner nos jeunes du football ?
Je pense que la question ne se pose pas comme ça. On ne peut pas imaginer le football de demain en balayant d'un revers de main les nouvelles pratiques qui accompagnent l'évolution même de notre société. Ce serait comme la renier. L'offre doit répondre à la demande. Et puis l'Espagne est le bon exemple. C'est une grande nation de futsal, ce qui ne n'empêche pas le football de bien se porter...

propos recueillis par J.G.

(1) Les Bleus ont perdu face au Portugal (0-6), la Slovaquie (1-3) et ont battu la Lituanie (3-2), se classant 3ème du groupe 4 seuls les deux premiers étant qualifiés. Eliminés de la coupe du monde, ils visent désormais le championnat d'Europe en Belgique en 2014.

L'entretien Vestiaires - Pierre JACKY (France futsal) : "Le football se futsalise !"
PIERRE JACKY
Né le 5 octobre 1960 à Ingwiller (Bas Rhin)
Parcours : Comores, sélectionneur (1985), RC Strasbourg, directeur centre de formation (1985-87), FC Strasbourg Koenigshofen 06 (1987-90), France futsal, adjoint (1997-04), France futsal, sélectionneur (depuis 2004)
Profession : CTR de la ligue Alsace


Samedi 14 Janvier 2012