Foot33.fr - le magazine officiel du football amateur en Gironde
Bandeau resultats

L'entretien Vestiaires - Elie BAUP : "Un buteur qui doute, c’est souvent toute l’équipe qui hésite…"

Quelle approche doit-on avoir avec l'attaquant qui ne marque plus ? D'abord le rassurer. Adulés, recherchés, convoités, les buteurs sont une caste à part dans le petit monde du ballon rond. Mais lorsque les statistiques ne plaident plus en leur faveur, lorsque le poteau persiste à demeurer sortant, certains goléadors commencent à douter jusqu'à perdre confiance… Pour éviter d'en arriver là, que peut entreprendre l'entraîneur pour rallumer la flamme de son buteur, et débloquer son compteur ? Nous avons posé la question à Elie Baup, entraîneur professionnel et consultant Canal +, qui nous fait part de son expérience. (par J.G.)



Gameiro ou le doute du buteur cette saison au PSG...
Gameiro ou le doute du buteur cette saison au PSG...
Dans votre carrière de technicien, avez-vous souvent été confronté à un attaquant en proie au doute parce qu'il ne marque plus ? Oui, en tout cas à intervalles réguliers et de façon assez récurrente. Même les meilleurs attaquants connaissent des périodes moins prolifiques, sans que l'on puisse remettre en cause leurs qualités de buteur. J’ai le souvenir par exemple de Pauleta qui, à un moment donné, se demandait comment il allait bien pouvoir marquer de nouveau un but...

Pauleta, le recordman de buts en sélection portugaise, meilleur buteur de l’histoire du PSG et meilleur buteur de la Ligue 1 en 2006 et 2007 ?
Oui, l’aigle des Açores (rires). Vous vous rendez compte, même des joueurs de cette qualité peuvent être amenés à douter de leurs capacités ! Ces périodes-là font donc partie de la gestion d'un entraîneur. Le tout est de faire en sorte qu’elles ne s’éternisent pas. Là est le rôle du technicien.

Justement, comment vous y preniez-vous ?
Le premier réflexe est de traiter ces périodes sous un angle psychologique. C’est nécessaire, oui, mais insuffisant à mon sens. Le tort est de penser que l’aspect psychologique se résume à des conversations entre quatre yeux. Personnellement, je privilégiais le terrain, c'est-à-dire une approche technique afin que le joueur retrouve une certaine forme de sérénité psychologique.

"Au haut niveau, les entraîneurs peuvent s’appuyer sur des montages vidéo où l’attaquant se voit en train de marquer des buts."

Dans les faits, cela se traduisait comment ?
Nous revenions simplement à des choses très simples. Je gardais l’attaquant avec moi en fin de séance pour un peu de travail spécifique avec le troisième gardien, plus un ou deux joueurs pour amener des ballons devant la cage. Là, l’objectif était de reprendre des repères, de se réajuster techniquement…

En clair, vous placiez votre attaquant en situation d’empiler des buts à l’entrainement pour renforcer sa confiance et ainsi favoriser sa réussite en match…
Oui, si ce n’est que l'objectif, dans un premier temps, était que le joueur cadre ses frappes et retrouve sa gestuelle, avant de forcer sa reprise dans le but de faire trembler les filets.

Pour Elie Baup, il ne faut pas trop bousculer un attaquant qui doute...
Pour Elie Baup, il ne faut pas trop bousculer un attaquant qui doute...
Face à la perte de confiance de l'attaquant, jusqu'à quand faut-il le caresser l’attaquant dans le sens du poil ? Ne doit-on pas, à un moment donné, chercher à le bousculer ?
C’est une histoire d’implication. Si le joueur est pleinement investi, pourquoi le bousculer ? Le buteur qui ne marque pas vit déjà ces instants comme une blessure personnelle, doublée souvent qui plus est d’une certaine incompréhension. Maintenant, chaque joueur est différent, réagit différemment...

Cela nécessite donc de bien connaître ses joueurs ?
Oui, je pense. Une bonne connaissance également des leviers accompagnant le renforcement positif. Par exemple, au haut niveau, les entraîneurs peuvent s’appuyer sur des montages vidéo où l’attaquant se voit en train de marquer des buts. Et si on ne dispose pas de monteur vidéo, l’imagerie mentale peut être un recours. Le tout est de travailler sur la confiance et la technique, car il y a interaction entre les deux.

En définitive, est-ce qu’une période stérile pour un attaquant a toujours une explication, quant à son origine ?
Non, pas toujours. Cela peut être tout à fait imprévisible. Mais une fois que l’on y est confronté, l’entraîneur se doit d’aborder toutes les questions pouvant remédier à cet état de fait. Dans des staffs constitués, l’entraîneur peut déléguer et demander aux adjoints ou, s’il a cette chance, aux entraîneurs spécifiques attaquants, de se pencher sur la question. Quoiqu’il en soit, il faut s’y coller. Parce qu'avec un buteur qui doute, c’est souvent toute l’équipe qui hésite…

propos recueillis par J.G.

L'entretien Vestiaires - Elie BAUP : "Un buteur qui doute, c’est souvent toute l’équipe qui hésite…"
ELIE BAUP
Né le 17 mars 1955 à St-Gaudens
Parcours
Joueur : Larroque, US Toulouse (1970-74), Mazamet (1974-78), Agen (juillet-décembre 1978), Muret (décembre 1978-81), Buzzichelli Sport Toulouse (1981-82).
Entraîneur : Castelnaudary (1982-84), Toulouse, adjoint centre de formation (1984-91), St-Etienne, centre de formation (1991-94), St-Etienne, L1 (1994--février 1996), Bordeaux, adjoint (juillet-décembre 1997), Bordeaux, L1 (janvier 1998-octobre 2003), St-Etienne, L1 (2004-06), Toulouse, L1 (2006-08), Nantes, L1 (septembre 2008-2009).
Palmarès : Champion de France 1999, coupe de la Ligue 2002.
Diplôme : DEPF


Samedi 10 Décembre 2011


`Parrains

Ligue d'Aquitaine
concours de pronosticsTwikiz est le spécialiste : paris sportif,