Foot33.fr - le magazine officiel du football amateur en Gironde
Bandeau resultats

L’ITW croisée de... Lucas DIGNE (AS Roma) et Moussa SISSOKO (Newcastle)

Au sein du groupe France qui prépare, depuis Biarritz, l’Euro 2016, ils ne sont pas les plus médiatiques ou les plus exposés des joueurs de Didier Deschamps. Mais avec leur statut de joueurs de complément, ou de doublures, ils n’en demeurent pas moins essentiels à la quête européenne des Bleus. Avant de fouler une dernière fois la pelouse d’Aguilera, pour un entraînement exceptionnel devant 10 000 spectateurs qui les surprend autant qu’il les impressionne, ils se sont confiés. A tour de rôle. (par J.L.B)



Lucas, Moussa, êtes-vous surpris par l’engouement qui règne autour de l’équipe de France sur Biarritz à un mois de l’ouverture de l’Euro ?
Lucas Digne : oui, franchement, on ne s’attendait pas à un tel soutien; Les entraînements se passent dans des conditions de match ou presque. C’est un avant goût de ce que nous allons connaitre cet été. On est conscient que c’est quelque chose d’exceptionnel. On est vraiment heureux de partager ça avec tous ces supporters. C’est une pression positive bien sûr.
Moussa Sissoko : on ressent énormément cet engouement autour de nous. Il y a beaucoup d’attente, ici à Biarritz, mais aussi sur les réseaux sociaux où on voit tout un peuple derrière nous. C’est impressionnant et ça nous oblige à être à la hauteur sur le terrain.

Vous êtes tous les deux des joueurs qui, a priori, ne partent pas dans la peau de titulaires, comment vivez-vous cette situation ?
L. D. : on a toujours envie de jouer donc de bousculer la hiérarchie en place mais on sait aussi pourquoi on est là, pour se donner à fond et être prêt si jamais on fait appel à nous. Depuis 2014 et la Coupe du monde, je pense aussi avoir pas mal progressé dans un championnat italien centré sur l’aspect défensif, où il faut beaucoup et bien défendre. A l’entraînement, il n’est pas rare de faire des séances tactiques de deux heures, avec beaucoup de vidéo, ce qui se fait moins en France. Donc je pense mériter d’être là.
M. S. : je suis dans le même état d’esprit. Je vis cette préparation sans aucune arrière pensée, pour tout donner et jouer le jeu du groupe, pour apporter ma pierre à l’édifice. Comme tous les joueurs, on aimerait débuter mais être dans les 23 est déjà une grande fierté. Je vis tous ces moments à fond en étant conscient que, de toute façon, pour aller loin, l’équipe de France aura besoin de tout le monde. J’ai vécu une saison difficile à Newcastle (relégation : ndlr) mais j’ai fait tous les matchs et réalisé quelques belles performances et chaque fois qu’on a fait appel à moi en équipe de France, je pense avoir répondu présent. J’ai fait mes match comme on dit et le coach a toujours été content de moi. Mais je ne suis pas là pour prendre la place d’untel ou untel...

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LA SUITE ET L'INTÉGRALITÉ DE L'ITW CROISÉE SUR LE SITE DE NOTRE PARTENAIRE "ON A TOUS UN CÔTÉ FOOT"


Samedi 21 Mai 2016

Dans la même rubrique :

`Parrains

Ligue d'Aquitaine
concours de pronosticsTwikiz est le spécialiste : paris sportif,